Portail internet / Patrimoine / Médecine / La Bibliothèque : la constitution des fonds / Gabriel Prunelle (1777-1853)

retour  
   
   
   
   

Gabrielle Prunelle

Né dans une famille montpelliéraine, Clément François-Gabriel Victor Prunelle entre à l'École de Santé en 1794. Il fait une carrière médico-militaire assez mouvementée : il fut par exemple médecin principal de la bataille d'Austerlitz. Mais il était tout de même assez souvent à Montpellier où il fut aide-bibliothécaire puis bibliothécaire de 1796 à 1807. Il renonce à l'armée lorsqu'il obtient la chaire de médecine légale à laquelle il rattache pour la première fois un enseignement d'histoire de la médecine. Il enseigne également la bibliographie médicale.
Voici quelles étaient ses idées sur le rôle des livres dans la formation du médecin :
«...l'éducation du médecin doit commencer par l'étude des belles lettres et des sciences naturelles et physiques...l'instrument de travail fondamental c'est une bibliothèque...Quelle que soit la nature de vos études, les livres seront toujours un auxiliaire indispensable aux leçons que vous entendrez...Il faut qu'un médecin connaisse le meilleur ouvrage en chaque matière !»
Son érudition et sa culture littéraire sont immenses. On ne s'étonne donc pas que Chaptal alors ministre de l'Intérieur, le nomme en 1801, avec trois autres savants, inspecteur des dépôts littéraires constitués avec les biens saisis des couvents et des émigrés, pour en extraire et rassembler tout ce qui devait être préservé pour le patrimoine national. Il s'acquitte de ce travail entre 1802 et 1806.
Prunelle choisit dans les collections de l'Oratoire de Troyes, de la bibliothèque du premier président au parlement de Bourgogne Jean Bouhier vendue juste avant la Révolution au monastère de Clairvaux, manuscrits et livres rares qu'il expédia dans les bibliothèques parisiennes mais aussi dans celle de l'Ecole de Santé chère à Chaptal. Un peu plus tard il fit également l'acquisition de la bibliothèque du Cardinal Albani qui apportait au fonds d'uniques manuscrits italiens. Mais en 1819, Prunelle est cassé de ses fonctions de professeur suite à une affaire politique et quitte alors définitivement Montpellier. Il exerce la médecine à Lyon où il devient maire et député de l'Isère en 1830. En 1833, il est maire de Vichy où il meurt en 1853.